What would you like to search for?

Faune sauvage

Pour une coexistence avec la vie sauvage

© WWF-Gabon

WWF concentre son travail sur un certain nombre d'espèces clés présentes au Gabon.

© Hervé Morand / WWF
© Hervé Morand / WWF

Éléphants de forêts

Au cours du siècle dernier, les populations d'éléphants de forêt d'Afrique ont décliné dans la majeure partie de leur aire de répartition. Cette espèce est désormais classée « En danger critique d’extinction » sur la liste rouge de l'UICN des espèces menacées.

Au Gabon, principal pays d’accueil de cette espèce, l’éléphant de forêt d’Afrique centrale (Loxodonta africana cyclotis) a perdu en 10 ans près de 80 % de sa population dans un vaste parc pourtant sanctuarisé, souligne une étude parue en 2017.

Le braconnage pour l'ivoire est actuellement la principale cause du déclin de leur population avec une pression persistante sur de nombreux sites.

Le changement rapide de l'utilisation des terres, qui entraîne la perte directe et la fragmentation de l'habitat, constitue aussi une menace croissante pour les éléphants d'Afrique dans toute leur aire de répartition. La conversion des terres est le produit de l'expansion continue de la population humaine et de l'agriculture et du développement des infrastructures qui y sont associées, qui sont à leur tour stimulées par les progrès économiques et technologiques.

© naturepl.com / T.J. Rich / WWF
© naturepl.com / T.J. Rich / WWF

Grands singes

En raison des niveaux élevés de braconnage, des maladies infectieuses, de la perte d'habitat et de sa qualité causée par l'expansion des activités humaines, on estime une réduction significative de cette population au cours des 20 à 30 dernières années et on soupçonne que cette réduction se poursuivra au cours des 30 à 40 prochaines années.

Bien que les efforts de conservation visant les grands singes et d'autres espèces sauvages aient augmenté de manière significative ces dernières années, l'hypothèse selon laquelle les réductions de population se poursuivront est une approche de précaution basée sur la croissance rapide des populations humaines en Afrique subsaharienne, la poursuite du braconnage pour la viande de brousse, le commerce de la viande de brousse, l'arrivée de l'agriculture industrielle (qui nécessite la coupe à blanc des forêts), la corruption et le manque d'application de la loi, le manque de capacités et de ressources, et l'instabilité politique dans certains États de l'aire de répartition.

Dans le même temps, les zoonoses et les épidémies présentent des risques importants.

© Carlos Drews / WWF
© Carlos Drews / WWF

Tortues marines

Sur 7 espèces de tortues marines présentes dans le monde, les plages du Gabon en accueillent quatre pendant la saison des pontes : tortues luths (Dermochelys coriacea), tortues vertes (Chelonia mydas), tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata), tortues olivâtres (Lepidochelys olivacea).

Des efforts accrus pour évaluer et réduire les impacts de ces menaces sur les tortues marines devraient constituer une priorité élevée pour les efforts de conservation futurs.

Le Gabon héberge la population la plus importante de tortues luth (Dermochelys coriacea) au monde. Le pays abrite également la plus grande densité de nidification en Afrique, et probablement, jusqu'à 30 % de la population totale de cette espèce en danger critique d'extinction.

La tortue luth, ainsi que les autres espèces de tortues marines présentes au Gabon subissent continuellement des menaces.

Les prises accidentelles dans les pêcheries ont été classées comme la menace la plus importante pour les tortues marines à l'échelle mondiale, suivie par la consommation humaine d'œufs, de viande ou d'autres produits issue des tortues marines, et par le développement côtier.

Le WWF met en œuvre des actions pour résoudre le problème du commerce illégal d'espèces sauvages.
© WWF-Gabon

Quelles sont les actions de WWF ?

Le WWF œuvre à la conservation de ces espèces menacées car elles sont d’une importance écologique, économique et culturelle.

A travers ses programmes, WWF met en œuvre des actions visant à résoudre le problème du commerce illégal d'espèces sauvages. Il se concentre sur la lutte contre le trafic illégal d'ivoire, de grands singes, de viande de brousse et d'animaux vivants.

Au Gabon, WWF continuera à contribuer à :
  • Soutenir l'adoption et la mise en œuvre de meilleures pratiques de gestion des aires protégées
  • Mettre en place un système de bio-monitoring efficace à travers des bases de données nationales
  • Soutenir des approches de gestion de la conservation adaptées, reconnaissant aussi le rôle des communautés
  • Développer des incitations mutuellement bénéfiques pour la coexistence des communautés et des espèces phares et des systèmes de démonstration pour l'engagement des communautés locales et leur inclusion dans les plans de gestion de la conservation.
  • Améliorer et développer les techniques d’atténuation du conflit Homme-Faune